Just One Look

The first time I held Luna in my arms… Hold on, can I say “the first time I held Luna in my arms” when the actual first time I held her was when I caught her as she was trying to run away from me? Of course, the very first time I held her, I held her in my hands (she bit my left index finger, remember?), so I guess I can tell the story this way…

The first time I held Luna in my arms was at the vet, and she looked up at me with her big moist eyes, as if she was trying to tell me her story…

“I remember… my mother raspy tongue on my tiny wet body; the soothing sound of her purr as she was guiding me; her warm and soft fur; the thrashing and meowing of my sisters and brothers as we vied for our mother’s warm milk and attention; how much I felt loved, warm, content and safe.

“I remember… growing in my mother loving care; playing and tumbling with my brothers and sisters; beginning to learn that biting too hard and clawing too much hurt; discovering the world on my stronger and stronger four legs thanks to my clearer and clearer eyesight, my keen ear, my sensitive nose; how I felt loved, warm, safe and happy.

“I remember… playing and leading the way (calicos – even if dilute – are born leaders, right?); someone catching me by my left front leg and pulling me backward; being freed and falling, unable to feel my left front paw anymore; limping back to my mother as best I could; how I felt loved, warm… and oddly different.

“I remember… feeling that something was terribly wrong because my body wouldn’t work quite the same as before; being unable to lead anymore and becoming the weakling; being caught by the scruff of my neck and put roughly inside a cardboard box; how much I was cold and scared… was it me I could hear meowing in despair?

“I remember… the car speeding; being thrown out of the box, in the cold; how the world was scary, full of smells and noises I couldn’t identify.

“I remember… meeting the big ginger cat; how he scared the life out of me; seeing him moving around me; ignoring he was leading me without even touching me.

“I remember… you; you looked at me and said something in a soft voice, but I was too scared to understand I should let you catch me, because the big outdoors would kill poor lil’ maimed me; fleeing as fast as I could; trying to climb a wall and failing; hiding in the dead leaves on the sidewalk and watching you coming closer and closer; how I felt safe that you wouldn’t be able to see me.

“I remember… you catching me; terror rising in me; meowing, clawing and biting in a wild panic.

“I remember… being put in a pet carrier; feeling lonely but warm again; the drive to the vet.

“I will always remember the way you’re looking at me now, as you’re holding me in your arms for the first time. I won’t bite you anymore – I didn’t know what I was doing, earlier, I swear! – see, I’m not a ferral kitten.”

^  ^

=∴ ♥ ∴=

La première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras… Attendez, est-ce que je peux dire “la première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras” alors que la vraie première fois, c’était quand je l’ai attrapée et qu’elle essayait de m’échapper tellement elle était paniquée? Bien sûr, cette première fois, dans la rue, je l’ai tenue entre mes mains (elle m’a mordu l’index, vous vous rappelez?), alors je suppose que c’est sujet à interprétation…

Donc, la première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras, c’était chez le véto, et elle a levé ses grands yeux humides vers moi et on aurait dit qu’elle me disait…

“Je me souviens… de la langue râpeuse de ma mère sur mon petit corps mouillé; du son rassurant de son ronronnement quand elle me guidait; de la chaleur et de la douceur de son poil; des mouvements désordonnés et des miaulements de mes sœurs et mes frères tandis que nous rivalisions pour le lait et l’attention de notre mère; de me sentir aimée, protégée, comblée et au chaud.

“Je me souviens… d’avoir grandi sous l’œil plein d’amour de ma mère; d’avoir joué et de m’être bagarrée avec mes sœurs et mes frères; d’avoir commencé à apprendre que mordre trop fort ou sortir trop ses griffes, ça fait mal; d’avoir découvert le monde grâce à mes quatre pattes de plus en plus solides, à ma vue de plus en plus perçantes, à mon ouïe fine et à mon odorat; de m’être sentie aimée, en sécurité, heureuse et au chaud.

“Je me souviens… d’avoir été la meneuse (les calicos – même diluées – sont des meneuses nées!); de quelqu’un qui m’a attrapée par ma patte avant gauche et m’a tirée violemment en arrière; de m’être libérée et d’être tombée, déséquilibrée parce que je ne sentais plus le bout de ma patte avant gauche; d’être retournée en boitant vers ma mère, du mieux que je pouvais; de m’être sentie aimée, au chaud… et étrangement différente.

“Je me souviens… d’avoir senti que quelque chose n’allait pas, parce que mon corps ne m’obéissait plus comme avant; d’avoir été incapable de mener mes sœurs et mes frères, d’être devenue la faiblarde de la bande; d’avoir été attrapée sans ménagement par la peau du cou et fourrée dans une boîte en carton; d’avoir eu peur, froid… est-ce moi que j’entendais miauler de terreur?

“Je me souviens… de la voiture qui roulait; d’avoir été jetée hors de la boîte, dans le froid; du monde qui me semblait si effrayant, plein d’odeurs et de bruits que je ne pouvais pas identifier.

“Je me souviens… de ma rencontre avec le gros chat roux; de la peur que j’ai eue; de la manière dont il tournait autour de moi – pour me guider, mais je l’ignorais!

“Je me souviens… de toi; tu m’as regardée et tu as dit quelques mots d’une voix douce, mais j’avais bien trop peur pour comprendre que je devais me laisser attraper; d’avoir fui aussi vite que possible; d’avoir essayé de sauter ce mur et d’avoir échoué; de m’être cachée dans les feuilles mortes, sur le trottoir, et de t’avoir regardée avancer; d’avoir été si sûre que tu ne pouvais pas me voir.

“Je me souviens… d’avoir été bien eue; de la terreur quand tu m’as attrapée; d’avoir miaulé, griffé, mordu dans ma panique.

“Je me souviens… d’avoir été mise dans la cage de transport; de m’être sentie seule, mais à nouveau au chaud; du voyage jusque chez le véto.

“Je me souviendrai toujours de la manière dont tu me regardes en cet instant, alors que tu me tiens dans tes bras pour la première fois. Je ne te mordrai plus – je ne l’ai pas fait exprès! – car tu vois, je ne suis pas un chaton sauvage.”

© AnneT

adorable animal baby british shorthair

Photo by Pixabay on Pexels.com

A Ginger On My Mind

“How can anyone love someone they have never seen or touch? I already loved you long before I saw you in flesh for the first time, I had been loving you since the first time I heard about you…” (February, 2013)

Part 1

The story began in early February, 2013. I got a call from one of my sisters (I have three, so let’s call them sister #1, sister #2 and sister #3 – this was #2) – her husband had seen a kitten on the farm he owned with his father and his cousin. A ginger kitten, cuddly and friendly – so unlike the kittens born on the farm, who are already as feral as their parents, that no one can come too close to, much less pet. My sister knew I didn’t have a cat anymore. The little one had obviously been abandoned on the farm. She said he was about 6 months old; he wasn’t a small kitten anymore. She sent me a few photos of him with her youngest daughter – the pictures weren’t that good, but she knew me well enough.

And it’s true that as the days went by, I couldn’t help it – he was always on my mind. The weather was cold and damp – at night, the temperatures dropped to 5°F (-15°C). No pet should ever be outside in such a cold, much less a helpless kitten. So I prayed he would find a warm spot in the cowshed, a softhearted human to take pity on him and feed him. I prayed he would survive.

I knew that cold wasn’t the only problem though. If he lived through the winter and no one gave him a forever home, if he was lucky enough to find some food, he would grow up and become a male cat driven by his instincts. He would fight, get hurt and catch some illness. And after months, years maybe, he would die alone, sick, eaten alive by external pests and internal parasites, rotting from the inside out because of some infections, too weak to hunt anymore, too toothless too eat anyways…

I couldn’t let that happen to him – he was already too much in my heart and on my mind. He didn’t deserve a life of suffering. He didn’t deserve to be abandonned, thrown away like some piece of trash. I asked my sister about him, but after a few days, she didn’t know if he was still there.

So, when I could finally visit her, about ten days after her call, on February 16th, I already knew that if he was there when I went to the farm, I wouldn’t leave without him. But I had to wait, and as the day went by, I grew more and more impatient. I was afraid it would be so dark when I went to the farm that I wouldn’t be able to find him.

After going shopping for one of my brothers-in-law’s birthday with two of my sisters (#1 and #2), sister #2 took me to the farm at least. We left the car and called… My heart beat so fast. My brain was in turmoil; what if he can’t hear us? What if he can’t tell we’re here for him and he doesn’t show himself? What if… What if…

Comment peut-on aimer un être que l’on n’a encore jamais ni vu ni touché? Je t’ai aimé bien avant de t’avoir vu en vrai, je t’ai aimé dès l’instant où j’ai entendu parler de toi pour la première fois… (février 2013)

Première Partie

L’histoire commence par un jour froid de février 2013. L’une de mes sœurs (j’en ai trois, alors appelons-les sœur n°1, sœur n°2 et sœur n°3 – c’était la numéro 2) m’appelle et me parle d’un chaton, que son mari a vu à la ferme qu’il possède avec son père et son cousin. Un chaton roux, câlins et sociable – tout le contraire des chatons nés à la ferme, issus des amours des chats errants, que nul ne peut approcher et encore moins caresser. Elle sait que je n’ai plus de chat. Le petit a sans doute été abandonné sur le site. Elle estime son âge à 6 mois, car il n’est plus « tout petit ». Elle envoie des photos de lui avec la plus jeune de ses filles – elles ne sont pas très bonnes, mais elle me connaît bien.

Et c’est vrai que durant les jours qui suivent, je n’arrête pas de penser à lui. Il fait froid en ce mois de février 2013 – les nuits, il fait parfois -15 °C. Aucun animal ne devrait être dehors par un froid pareil, et encore moins un bébé sans défense. Alors je prie pour qu’il se trouve un coin au chaud dans l’étable, pour que quelqu’un le prenne en pitié et le nourrisse. Je prie pour qu’il survive.

Et je sais qu’il n’y a pas que le froid. S’il y survit et que personne ne lui offre un toit, s’il a de la chance, il trouvera assez de nourriture et il grandira pour devenir un mâle poussé par son instinct, il se battra, il sera blessé et il attrapera sans doute quelque maladie. Et après des mois, des années peut-être, il mourra seul et dans d’atroces souffrances, malade, dévoré par les parasites et pourri de l’intérieur par diverses infections, trop faible pour se nourrir et probablement trop édenté…

Je pense déjà trop à lui pour supporter que tout ça lui arrive. Comment peut-on tourner le dos à tant de misère ? Il n’a pas mérité ça. Il n’a pas demandé à être abandonné, jeté comme un déchet. Je demande des nouvelles de lui à ma sœur – elle n’est pas sûre qu’il soit toujours là.

Alors, quand je peux enfin lui rendre visite, une dizaine de jours plus tard, le 16 février, ma décision est prise : s’il est là quand j’irai à la ferme, je ne repartirai pas sans lui. Mais il me faut attendre, et alors que le jour passe, je m’impatiente. J’ai peur qu’il ne soit trop tard, qu’il fasse nuit et que je sois incapable de le trouver.

Après être allées acheter un cadeau d’anniversaire pour l’un de nos beaux-frères, soeur n°2 et soeur n°1 et moi passons enfin à la ferme. Nous descendons de voiture. Mon cœur bat la chamade. Mon cerveau tourne en rond : et s’il ne nous entend pas ? Et s’il ne se montre pas, car après tout il ne peut pas connaître nos intentions… Et si… Et si…

© AnneT

Message in a Bottle

I will give it a try, toss a bottle with a message into the sea and see if there are kindred spirits out there… (January 1st, 2018)

At the very beginning of the year, like so many people around the world, I made a few New Year’s resolutions. One of them was to start writing this blog. See, regarding it, I’ve been procrastinating for some time now. I can write in two languages, but as soon as I start writing about myself or the ones I love to share with the world, I draw a blank. Seriously, if you could see me right now – fingers at the ready above the keys but stopping every other word… it’s a slow process. I can’t find my words, which is painful to me. I love words. I’ve loved them all my life. And I can readily find them when I write about… anything. Anything but me and the ones I love. Obviously.

But I have been writing a paragraph here, a sentence there… all the things I don’t want to forget. And most of my thoughts are about my fur babies. I’d never thought I would ever share them with anyone, anytime, and then…

The first time I thought about writing a blog was a few days after Simba came back with his tail broken. I was at a loss; I had no idea what to do to make every little thing bearable for my poor boy. He’d always been the brave one – the one who was the last to show or voice his discomfort. And there he was, hurting so much… Have I already told you I was at a complete loss? I needed help – and reassurance. Was there really nothing I could do? But that’s a story for another day. Let’s just say that I was in the dark and felt utterly alone, helpless, useless… That’s when the idea of writing a blog crossed my mind – if I’d had one, would there have been someone to help me, somewhere? Then it became a blog to share my experience, all the things I’ve been doing right – or wrong -, to try and reach other people like me and hear about their experience. A blog like… holding out a hand in the dark. A message in a bottle tossed into the sea, hoping someone will read it and send a reply…

You see, I have no idea whether someone will ever read this but me. And yet, here I am.

My name is Anne and I am Simba and Luna’s human. I’m inviting you over to our world to share our joys and pains (may the latter all be in our past!). I hope it will become easier and easier to write about them. About us. About that odd family of ours.

 

Je vais essayer, jeter une bouteille avec un message à la mer et attendre une réponse… (1er Janvier 2018)

Au début de l’année, comme beaucoup de gens, j’ai pris quelques bonnes résolutions. L’une d’elles était d’écrire ce blog. Voyez-vous, j’ai souvent remis cela au lendemain. je peux écrire en deux langues, mais dès que j’essaie de le faire sur moi ou ceux que j’aime pour le partager, c’est la page blanche. Sérieusement, si vous pouviez me voir en ce moment – les doigts prêts à taper au-dessus du clavier mais s’arrêtant tous les deux mots… Je suis tellement lente. Je n’arrive pas à trouver mes mots… et c’est ennuyeux, parce que j’aime les mots. Je les ai toujours aimés. Et ils me viennent facilement quand j’écris sur… tout et n’importe quoi. Tout et n’importe quoi, sauf sur moi et ceux que j’aime. Evidemment.

Mais voilà, ça fait des années que j’écris un paragraphe ici, une phrase là… Pour ne pas oublier. Et les héros de mes pensées sont bien souvent mes bébés à quatre pattes. Il n’y a encore pas si longtemps, je n’aurais jamais pensé partager cela avec quiconque, et puis…

La première fois que m’est venue l’idée d’avoir un blog, c’était deux ou trois jours après que Simba était rentré avec la queue cassée. J’étais perdue; je ne savais pas quoi faire pour rendre la vie supportable à mon bébé. Il avait toujours été le plus brave – le dernier à jamais montrer ou exprimer son inconfort. Et soudain, il avait tellement mal… Ai-je déjà dit combien j’étais perdue? J’avais besoin d’aide – et d’être rassurée. N’y avait-il donc rien que je puisse faire? Mais c’est une autre histoire. Disons simplement que j’étais dans le noir, que je me sentais seule, impuissante et inutile… C’est alors que l’idée d’un blog m’a effleuré l’esprit – si j’en avais eu un, y aurait-il eu quelqu’un, quelque part, capable de répondre à mes questions? Puis c’est devenu un blog pour partager mon expérience, les choses que j’ai bien faites – ou mal faites -, pour essayer de trouver d’autres personnes comme moi et partager leur expérience. Un blog… comme une main tendue dans le noir. Une bouteille jetée à la mer en espérant que quelqu’un lira le message à l’intérieur et enverra une réponse…

Vous voyez, j’ignore si quelqu’un lira ça un jour. Et pourtant, me voici.

Je m’appelle Anne et je suis l’humaine de Simba et de Luna. Je vous invite dans notre monde, pour partager nos joies et nos peines (en espérant que ces dernières soient toutes derrière nous!). Avec le temps, j’espère que cela deviendra de plus en plus facile d’écrire sur eux. Sur nous. Sur notre étrange famille.

 

© AnneT