People say that a dog has very expressive eyes, whereas a cat doesn’t… they are so wrong! My Simba has the most expressive eyes and he can tell me so many things just by looking at me. ❤

animal cat close up domestic

Photo by Pixabay on Pexels.com

Les gens disent que contrairement à ceux des chiens, les yeux des chats ne sont pas expressifs… ils ont tort! Mon Simba a le regard le plus expressif qui soit – il sait me dire tant de chose rien qu’avec ses yeux. ❤

 

© AnneT

Summer

Where to start…

Summer here is a happy chaos of kids coming and going, parents visiting, pets trying to find the quietest hiding place… On the one hand, it’s chaotic, noisy, epic at times, and not-a-minute-to-yourself busy for any adult; on the other hand, it’s a wonderful family time with much, much love and sharing, and laughter, and fun. Let me explain… from early July to late August, my nieces and nephews come and go – sometimes all six of them are here at the same time, sometimes it’s only one of them, or two, or three, or four, or five… Sometimes they bring their pets (cats and dogs). Oh, and sometimes their parents are here too. It’s like an unrehearsed and unchoreographed ballet! Just thinking about it makes me dizzy… LOL

In the summer, some days, from the minute I get up to the minute I go to bed, I feel like I’m running a marathon. I truly love my sisters’ kids, all of them… except when I feel like wringing their necks after having to yell for the umpteenth time “Shower time!” or “Lunch/dinner’s ready!” To the first, the answer generally is “Later!”, to the latter, they invariably reply “In a minute!” (a minute, my ***… it’s more like fifteen to thirty, really). If they read this, they’ll know who they are. 😀

We had a very hot summer – not the kind of summers typical from around here, believe me – with temperatures ranging from 82°F (28°C – a normal summer temperature here) to 97°F (36°C – not normal at all, and feeling a lot hotter for lack of wind). Today was a rainy day. A real rainy day. It was the first we’ve had in almost three months and it was much needed. So, yeah, we had a hot and dry summer, and it probably made for a little more “drama” than usual… but enough said about that. I choose to remember the good times only. 😉

Now that Fall’s just started, I want to remember the summer nights spent looking at the planets (Mars, Jupiter, and Saturn), the buttermilk pancakes and the chocolate chips cookies, playing with water guns in the pool with my nephews and coming back home looking like a half-drowned cat, shopping and chatting with the girls… When they are here, I feel like the days are never long enough for all the cooking, cleaning and playing there is to do… and when they left, I feel like the days are too long and the house is too big. Paradoxical, I know. *sigh*

It takes me some time to get back to my own routine. Always.

Even the cats – who spend the summer trying to stay as far from the kids as they can – keep on jumping at the slightest noise almost a month after they departed. They will get over it… right before the kids will come back during Fall break. LOL

Par où commencer…

Ici, l’été est un joyeux chaos: les enfants arrivent et repartent, leurs parents leur rendent visite, les animaux se chamaillent les meilleures cachettes pour dormir … D’un côté, c’est chaotique, bruyant, épique même parfois, et on n’a pas une minute pour souffler; de l’autre, c’est des moments précieux en famille, pleins d’amour et de partage, de rires et de “fun”. Je m’explique: de début juillet à fin août, mes nièces et neveux vont et viennent – parfois tous les six sont là, ou bien il n’y en a qu’un, ou deux, ou trois, ou quatre, ou cinq… Et parfois ils amènent leurs chats et leurs chiens. Et leurs parents viennent passer les weekends. C’est comme un ballet sans chorégraphie que les danseurs n’auraient pas répété. Rien que d’y penser, j’en ai la tête qui tourne! LOL

L’été, il y a des jours où du lever jusqu’au coucher, j’ai l’impression de courir un marathon. J’adore les enfants de mes soeurs, vraiment… sauf quand j’aimerais leur tordre le cou parce que certains m’obligent à hurler encore et encore “A la douche!” (ce à quoi ils répondent invariablement “Plus tard!”) ou “Le déjeuner/dîner est prêt!” (là, c’est plutôt, “J’arrive dans une minute!” – traduction: plutôt quinze, voire quand les autres ont déjà terminé!). S’ils me lisent, ils se reconnaîtront. 😀

L’été a été très chaud – ce qui n’est pas “normal” où je vis, croyez-moi – avec des températures allant de 28°C (plutôt normal) à 36°C (pas normal du tout! d’autant que cela semblait bien plus encore en l’absence du moindre souffle d’air). Aujourd’hui, il a plu. Nous avons eu un vrai jour de pluie. C’était le premier en près de trois mois. Alors, oui, nous avons eu un été chaud et sec, ce qui a sans doute provoqué plus de “petits drames” qu’à l’accoutumé… mais j’en ai assez dit. Je choisis de ne me souvenir que des bons moments. 😉

Maintenant que l’automne est là, je veux me rappeler les soirées passées à regarder les planètes (Mars, Jupiter et Saturne), les pancakes au “buttermilk” et les cookies aux pépites de chocolat, les jeux aux pistolets à eau dans la piscine dont je revenais avec l’air d’un chat à moitié noyé, les après-midi shopping et les discussions avec les filles… Quand ils sont là, j’ai l’impression que les journées ne sont jamais assez longues parce qu’il faut cuisiner, nettoyer, jouer… mais quand ils repartent, les journées deviennent interminables et la maison trop grande. C’est tellement paradoxal. *soupir*

J’ai toujours besoin d’un certain temps pour reprendre ma routine.

Quant aux chats – qui passent l’été à fuir les enfants -, ils sursautent encore au moindre bruit près d’un mois après leur départ. Ça leur passera… juste avant que les enfants reviennent pour les vacances d’automne. LOL

 

© AnneT

Forget Me Not…

I’m almost afraid to start writing posts again – what if you’ve all forgotten about us? I know I’ve missed typing/talking to you. If you wanna know all about the crazy summer of this (crazy) cat lady… stay tuned!

blue petaled flowers

Photo by Lesley on Pexels.com

J’ai presque peur de recommencer à écrire… et si vous nous aviez oubliés? Je sais que ça m’a manqué de vous écrire/parler. Si vous voulez tout savoir de l’été de cette (crazy) cat lady… gardez un oeil sur ce blog!

Strangers in the House…

How does your pet react to “strangers” in the house?

Today, one of my sisters arrived with her hubby, her youngest daughter… and her cat and her dog. Simba and Luna already know the cat, Elvis, but they haven’t met the dog, Nessie, yet. Since Luna can’t go outside and we often have the doors opened in the summer, as we seem to live mostly outside, she should be “safe” – I mean, she will stay in her room. But Simba will want to go outside, so eventually, he will find himself face to face with Nessie… and I truly hope everything will go smoothly.

As much as Simba often welcomes other cats, he doesn’t know what to do when dogs are involved – it has everything to do with fear, I know. He lives with a dog, but this one is his dog. Any other is, well, some alien creature with a strange smell. Some thing out of place…

I’m not saying Simba could be aggressive – he’s just not that kind of cats – but I know he’s in for a good fright… and I don’t like him to be afraid. He’s such a good cat, always so patient and welcoming…

The next four or five days are going to be… er… interesting. LOL

adorable animal animal world cat

Photo by Pixabay on Pexels.com

Que font vos compagnons à quatre pattes quand il y a des “étrangers” dans la maison?

Aujourd’hui, l’une de mes soeurs est arrivée avec son mari, sa plus jeune fille… et son chat et son chien. Simba et Luna connaissent déjà le chat, Elvis, mais ils n’ont pas encore fait réellement connaissance avec le chien, Nessie. Puisque Luna ne peut pas sortir et que les portes sont souvent ouvertes en été, puisque nous semblons vivre dehors, elle sera “en sécurité” – autrement dit, elle sera dans sa chambre. Mais Simba voudra sortir, alors il se retrouvera forcément face à face avec Nessie… et j’espère que cela se passera bien.

Simba est cool avec les autres chats, mais il ne sait pas très bien quoi faire des chiens – je sais que ça a tout à voir avec la peur. Il vit avec un chien, mais c’est son chien. Tout autre est une créature étrangère avec une drôle d’odeur. Une chose qui n’a pas sa place dans son univers. lol

Attention, je ne dis pas que Simba pourrait être agressif – ce n’est pas son genre – mais je sais qu’il va avoir une belle peur… et je n’aime pas qu’il ait peur. C’est un gentil chat, si patient et accueillant….

Les quatre ou cinq jours qui viennent vont être… euh… intéressants. LOL

Damaged

cat paws in shallow focus photography

Photo by Monica Silvestre on Pexels.com

I’m not going to sugar-coat it for you. When I decided I would keep Luna…

Ok, I have to admit that it would have been very, very hard to let her go. I didn’t want to. But I already had Simba, and I had been told I could have him, but no more…

So, when I finally knew I could keep Luna with me, I wondered if I would ever be able to love her as much as I love Simba. (Everyone who knows me would tell you that I love him too much – as if “loving too much” was a bad thing!) I felt bad at the idea that I would be able to love her as much as I love him, guilty almost, and I felt bad at the idea that I wouldn’t be able to love her as much as I love him… and it made me feel guilty too. I know, it sounds crazy. The fact of the matter is… I already loved her. But part of me was afraid to love her so.

Let me explain. She’s always been special. My heart broke each time I saw her walking. I knew she would need extra care. I knew I would have to make sure that she never hurt her “bad” paw or it could get infected and she could die… or they would have to amputate her before she was one year old. And I didn’t want that – I still so much believed that she would be one of the few lucky ones and her nerve would start doing its job again and she would be able to walk like any normal cat.

Yes, part of me was afraid to love her because she was different. Because every time I looked at her, I hurt inside. Because every time I looked at her I was afraid I would discover she had mangled her own paw. Yes, I was guilty of reading too many forum posts and other articles on the Internet. I wanted to find reassurance… and only found out about how most of the cats had ended up mangling their own leg because they couldn’t feel it anymore and they didn’t feel like it belonged to them any longer. I needed solace… I added to my nightmares. So the day I found her gnawing on one claw and pulling on it with her teeth, I was overcome by a feeling of despair. How was I to keep her safe when she was her own worst enemy? I cleaned her claw and tried to put a tiny sock on Luna’s paw to protect it, but of course, she took it off quickly. And I despaired. In my mind I could see her biting, drawing blood, tasting it, wanting more… I could see myself opening the door to a bloodbath…

Er… ok, the word “bath” might be a bit too strong seeing that she was about two months old. How much blood is there in such a tiny body? But I’m sure you understand how I felt back then – hopeless, and useless. I couldn’t do anything – to help her get her paw back, to help her stay “whole”.

So, yeah, I was afraid to love her because I didn’t want to hurt even more than I already did every time I looked at her, watched her walk or play, wondered if she would ever mangle her own paw.

And I was afraid that hurt would keep me from loving her as much as I could have – which wasn’t fair.

But then again, I worry too much. My far too vivid imagination keeps playing tricks on me.

IMG_0526_copy

Je ne vais pas vous mentir. Quand j’ai décidé de garder Luna…

D’accord, j’admets que ç’aurait été très, très dur de la laisser partir. Je n’en avais pas envie. Mais j’avais déjà Simba, et je n’étais pas censée avoir d’autres chats…

Donc, quand j’ai su que je pouvais garder Luna, je me suis demandée si je serais jamais capable de l’aimer autant que Simba. (Tous ceux qui me connaissent vous diront que j’aime beaucoup trop ce chat – comme si “aimer trop” était mal!) J’étais mal à l’idée que je pourrais l’aimer autant que lui, je me sentais presque coupable, et j’étais mal à l’idée que je serais incapable de l’aimer autant que lui… et je me sentais coupable de ça aussi. Je sais, c’est dingue. Le fait est que… je l’aimais déjà, ma fofolle. Mais une partie de moi avait peur de l’aimer.

Laissez-moi vous expliquer… Elle a toujours été spéciale. Mon coeur se brisait chaque fois que je la regardais marcher. Je savais qu’elle aurait besoin de beaucoup d’attention. Je savais que je devrais m’assurer qu’elle ne blesse jamais sa patte “folle” ou cela risquait de s’infecter et elle pourrait en mourir… ou bien il faudrait l’amputer avant son premier anniversaire. Et je ne voulais pas que ça arrive – je croyais tellement fort qu’elle ferait partie des chanceux et que son nerf repousserait et recommencerait à jouer son rôle, qu’elle serait capable de marcher comme n’importe quel autre chat.

Oui, une partie de moi avait peur de l’aimer parce qu’elle était différente. Parce que chaque fois que je la regardais, ça me faisait mal. Parce que chaque fois que je la regardais, je craignais de découvrir qu’elle s’était mutilé la patte. Oui, je plaide coupable, j’avais été sur trop de forums et lu trop d’articles sur divers sites Internet. J’avais voulu me rassurer… et j’avais découvert l’horreur de tous ces chats qui s’étaient mutilés eux-mêmes parce qu’ils ne sentaient plus leur membre et n’avaient donc plus conscience qu’il leur appartenait. J’avais besoin de réconfort… au lieu de ça, j’avais alimenté mon usine à cauchemars. Alors le jour où j’ai trouvé Luna en train de mordiller l’une de ses griffes, j’ai été submergée par le désespoir. Comment étais-je censée la protéger quand elle était sa pire ennemie? J’ai nettoyé sa griffe et essayé de lui faire porter une mini-chaussette, mais bien sûr elle l’a rapidement enlevée. Et j’ai désespéré. Dans ma tête, je la voyais se mordre, faire couler son sang, le goûter et en vouloir toujours plus… je me voyais ouvrir la porte et découvrir un bain de sang…

Euh… ok, le mot “bain” est peut-être mal choisi étant donné qu’elle n’avait que deux mois. Combien de sang contient le corps d’un chaton de cet âge? Mais je suis sûre que vous comprenez comment je me sentais alors – désespérée, et inutile. Je ne pouvais rien faire – pour l’aider à avoir une patte normale, pour l’aider à rester “entière”.

Alors, oui, j’avais peur de l’aimer parce que je ne voulais pas souffrir encore plus que je souffrais chaque fois que je la regardais, que je la voyais marcher ou jouer, que je me demandais si elle se rongerait elle-même la patte…

Et j’avais peur que cette soufrance m’empêche de l’aimer autant que je l’aurais pu – ce qui aurait été terriblement injuste.

Mais je m’inquiète trop. Mon imagination bien trop active me joue des tours.

© AnneT

The Frangipani “Fish”

white yellow plumeria flower in bloom during day time

Photo by Pixabay on Pexels.com

Two nights ago, I was pouring warm water into a plastic cup so I could soak a seed for the night when I noticed Luna was watching me. She really seemed enthralled by what I was doing (she loves playing in their water bowl). Then she came and sniffed the content of the cup and looked at the strange “fish” floating at the surface…

But let’s backtrack a little bit…

A month ago, I bought a frangipani (plumeria rubra “Elsie”) in a nursery. My mother had bought one (a plumeria rubra “Divine”) in the same place the year before, and in spite of being a tropical plant, it’s been thriving, so I told to myself, “why not?”.

I mean, have you seen how gorgeous frangipani flowers are? Just looking at them, and you’re on a vacation on some island (think Hawaii or Tahiti). And they smell soooooo good! So, even though I live in a place where the winters are freezing cold, with snow on the ground at times, and a frangipani needs warmth and thus have to be kept inside the house from October to early May, I bought one.

And then I needed to know everything I could about frangipanis, of course. I needed to know what kind of fertilizer they need, what type of soil because it needed more space… and so on. And that’s how I found out you can buy frangipani seeds – and I did.

I’m a (Crazy) Cat Lady… but my life is not just “all cats” – even if they tend to get involved in everything I do, lol. And one of the things I like to do is growing things – taking a seed, planting it and watching it thrive.

So two nights ago I took a plastic cup, poured water into it and added one of the seeds – they have to soak for 12 hours at the least – and Luna came closer and closer, watching what I was doing. I wish I’d had a camera at the ready to take a picture of her sniffing the content of the cup or looking at it as if she hoped it was going to move – she loves to watch the betta fishes in their tanks. Of course, the seed, being a seed, didn’t start doing antics. It was probably the most boring “fish” she’d ever seen.

Still, she kept an eye on it – it was on the top shelf, where she couldn’t reach it.

The day after, I planted the seed, that wasn’t so much fun anymore. It will be again, when it’s bigger, in a bigger pot… and Luna can paw the soil out of it – one of her hobbies.

Now I have to be patient as a cat – if the seed is still fresh enough, it will take a few to several weeks before I see any change…

Il y a deux nuits, je versais de l’eau tiède dans un gobelet en plastique pour y faire tremper une graine et Luna s’est mise à m’observer. Elle semblait fascinée par ce que j’étais en train de faire (elle adore jouer dans leur bol d’eau). Puis elle s’est approchée pour reniffler le contenu du gobelet et regarder l’étrange “poisson” flotter à la surface.

Mais revenons un peu en arrière…

Il y a un mois, j’ai acheté un frangipanier (plumeria rubra “Elsie”) chez un horticulteur. Ma mère en avait acheté un (plumeria rubra “Divine”) au même endroit l’année dernière, et bien que ce soit une plante tropicale, elle pousse bien, alors je me suis dit “pourquoi pas?”.

Avez-vous déjà vu à quel point les fleurs de frangipaniers sont belles? Il suffit de les regarder pour être transporté dans les îles (pensez Tahiti ou Hawai). Et elles sentent si bons! Alors même si je vis dans une région où les hivers sont rudes, avec parfois de la neige, et qu’un frangipanier demande de la chaleur et donc doit être gardé à l’intérieur d’octobre à mai, j’ai craqué.

Et puis j’ai voulu savoir tout ce qu’il y a à savoir sur les frangipaniers, bien sûr. Quel type d’engrais leur donner, quel type de terre aussi parce que je savais que le mien avait besoin d’être rempoté… et ainsi de suite. Et c’est là que j’ai découvert qu’on peut acheter des graines – et je l’ai fait.

Je suis une (Crazy) Cat Lady… mais ma vie ne se résume pas qu’aux chats – même si les miens s’invitent dans tous ce que je fais à la maison. Et l’une des choses que j’aime, c’est faire pousser des plantes – prendre une graine, la planter et la regarder pousser et s’épanouir. C’est plus facile d’acheter une plante, mais plus gratifiant de la faire pousser soi-même.

Alors, il y a deux nuits, j’ai pris un gobelet en plastique, j’y ai versé de l’eau tiède et plongé l’une des graines – elles doivent tremper au minimum 12 heures – et Luna s’est approchée de plus en plus pour observer ce que je faisais. Si seulement j’avais eu mon appareil photo ou mon téléphone à portée de main pour la prendre en photo tandis qu’elle renifflait le contenu du verre, espérant sans doute que ce qui flottait à la surface se mettrait à bouger – elle adore observer les combattants dans leurs aquariums. Bien sûr, la graine, étant une graines, est restée immobile. C’était sans doute le “poisson” le plus ennuyeux que Luna ait jamais vu.

Mais elle a gardé un oeil dessus pendant l’heure suivante (et peut-être pendant la nuit) – le gobelet était en haut de l’étagère, pour qu’elle ne puisse pas jouer dedans.

Le lendemain, j’ai planté la graine, qui n’avait plus aucun intérêt. Mais j’ai bien peur qu’un jour, quand le pot sera plus grand, Luna soit tentée d’aller jouer dans la terre – un autre de ses hobbies.

Moi, je dois me montrer aussi patiente qu’un chat – si la graine est viable, il faudra plusieures semaines pour voir apparaître quelque chose…

© AnneT

Just One Look

The first time I held Luna in my arms… Hold on, can I say “the first time I held Luna in my arms” when the actual first time I held her was when I caught her as she was trying to run away from me? Of course, the very first time I held her, I held her in my hands (she bit my left index finger, remember?), so I guess I can tell the story this way…

The first time I held Luna in my arms was at the vet, and she looked up at me with her big moist eyes, as if she was trying to tell me her story…

“I remember… my mother raspy tongue on my tiny wet body; the soothing sound of her purr as she was guiding me; her warm and soft fur; the thrashing and meowing of my sisters and brothers as we vied for our mother’s warm milk and attention; how much I felt loved, warm, content and safe.

“I remember… growing in my mother loving care; playing and tumbling with my brothers and sisters; beginning to learn that biting too hard and clawing too much hurt; discovering the world on my stronger and stronger four legs thanks to my clearer and clearer eyesight, my keen ear, my sensitive nose; how I felt loved, warm, safe and happy.

“I remember… playing and leading the way (calicos – even if dilute – are born leaders, right?); someone catching me by my left front leg and pulling me backward; being freed and falling, unable to feel my left front paw anymore; limping back to my mother as best I could; how I felt loved, warm… and oddly different.

“I remember… feeling that something was terribly wrong because my body wouldn’t work quite the same as before; being unable to lead anymore and becoming the weakling; being caught by the scruff of my neck and put roughly inside a cardboard box; how much I was cold and scared… was it me I could hear meowing in despair?

“I remember… the car speeding; being thrown out of the box, in the cold; how the world was scary, full of smells and noises I couldn’t identify.

“I remember… meeting the big ginger cat; how he scared the life out of me; seeing him moving around me; ignoring he was leading me without even touching me.

“I remember… you; you looked at me and said something in a soft voice, but I was too scared to understand I should let you catch me, because the big outdoors would kill poor lil’ maimed me; fleeing as fast as I could; trying to climb a wall and failing; hiding in the dead leaves on the sidewalk and watching you coming closer and closer; how I felt safe that you wouldn’t be able to see me.

“I remember… you catching me; terror rising in me; meowing, clawing and biting in a wild panic.

“I remember… being put in a pet carrier; feeling lonely but warm again; the drive to the vet.

“I will always remember the way you’re looking at me now, as you’re holding me in your arms for the first time. I won’t bite you anymore – I didn’t know what I was doing, earlier, I swear! – see, I’m not a ferral kitten.”

^  ^

=∴ ♥ ∴=

La première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras… Attendez, est-ce que je peux dire “la première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras” alors que la vraie première fois, c’était quand je l’ai attrapée et qu’elle essayait de m’échapper tellement elle était paniquée? Bien sûr, cette première fois, dans la rue, je l’ai tenue entre mes mains (elle m’a mordu l’index, vous vous rappelez?), alors je suppose que c’est sujet à interprétation…

Donc, la première fois que j’ai tenu Luna dans mes bras, c’était chez le véto, et elle a levé ses grands yeux humides vers moi et on aurait dit qu’elle me disait…

“Je me souviens… de la langue râpeuse de ma mère sur mon petit corps mouillé; du son rassurant de son ronronnement quand elle me guidait; de la chaleur et de la douceur de son poil; des mouvements désordonnés et des miaulements de mes sœurs et mes frères tandis que nous rivalisions pour le lait et l’attention de notre mère; de me sentir aimée, protégée, comblée et au chaud.

“Je me souviens… d’avoir grandi sous l’œil plein d’amour de ma mère; d’avoir joué et de m’être bagarrée avec mes sœurs et mes frères; d’avoir commencé à apprendre que mordre trop fort ou sortir trop ses griffes, ça fait mal; d’avoir découvert le monde grâce à mes quatre pattes de plus en plus solides, à ma vue de plus en plus perçantes, à mon ouïe fine et à mon odorat; de m’être sentie aimée, en sécurité, heureuse et au chaud.

“Je me souviens… d’avoir été la meneuse (les calicos – même diluées – sont des meneuses nées!); de quelqu’un qui m’a attrapée par ma patte avant gauche et m’a tirée violemment en arrière; de m’être libérée et d’être tombée, déséquilibrée parce que je ne sentais plus le bout de ma patte avant gauche; d’être retournée en boitant vers ma mère, du mieux que je pouvais; de m’être sentie aimée, au chaud… et étrangement différente.

“Je me souviens… d’avoir senti que quelque chose n’allait pas, parce que mon corps ne m’obéissait plus comme avant; d’avoir été incapable de mener mes sœurs et mes frères, d’être devenue la faiblarde de la bande; d’avoir été attrapée sans ménagement par la peau du cou et fourrée dans une boîte en carton; d’avoir eu peur, froid… est-ce moi que j’entendais miauler de terreur?

“Je me souviens… de la voiture qui roulait; d’avoir été jetée hors de la boîte, dans le froid; du monde qui me semblait si effrayant, plein d’odeurs et de bruits que je ne pouvais pas identifier.

“Je me souviens… de ma rencontre avec le gros chat roux; de la peur que j’ai eue; de la manière dont il tournait autour de moi – pour me guider, mais je l’ignorais!

“Je me souviens… de toi; tu m’as regardée et tu as dit quelques mots d’une voix douce, mais j’avais bien trop peur pour comprendre que je devais me laisser attraper; d’avoir fui aussi vite que possible; d’avoir essayé de sauter ce mur et d’avoir échoué; de m’être cachée dans les feuilles mortes, sur le trottoir, et de t’avoir regardée avancer; d’avoir été si sûre que tu ne pouvais pas me voir.

“Je me souviens… d’avoir été bien eue; de la terreur quand tu m’as attrapée; d’avoir miaulé, griffé, mordu dans ma panique.

“Je me souviens… d’avoir été mise dans la cage de transport; de m’être sentie seule, mais à nouveau au chaud; du voyage jusque chez le véto.

“Je me souviendrai toujours de la manière dont tu me regardes en cet instant, alors que tu me tiens dans tes bras pour la première fois. Je ne te mordrai plus – je ne l’ai pas fait exprès! – car tu vois, je ne suis pas un chaton sauvage.”

© AnneT

adorable animal baby british shorthair

Photo by Pixabay on Pexels.com

Fireworks

A couple of days ago, some people went fireworks crazy in the neighborhood. It went on for fifteen minutes at the least… on and on… louder and louder…

My question is: how do(es) your pet(s) react to fireworks?

My cats? Well… every single time, they freak out, go crazy, hiss and hide, and growl from under the bed for an hour or more…

Two hours later, Luna was curled up next to me, but Simba was still under the bed. I remember the first time Simba heard fireworks – he hid under the bed during the next couple of days. Now, when I know there will be fireworks close by, I make sure I can be in a room with them, and I talk and sing to them… But tonight, I couldn’t make sure they would go through it all as smoothly as possible because it was all so unexpected.

I don’t remember any of the cats I had before were afraid of fireworks… but the two I have right now, well, it’s another story! Now I never watch fireworks like I did before…

And you?

PS: I’ve heard since then that it was some neighbors’ get-together. I guess we should have been warned…

low angle photo of fireworks

Photo by rovenimages.com on Pexels.com

Il y a quelques jours, des voisins ont fait des feux d’artifice pendant un bon quart d’heure… et les explosions ont résonné encore et encore… de plus en plus fort…

Ma question: comment vos animaux réagissent-ils aux feux d’artifice?

Mes chats? Eh bien… chaque fois, ils paniquent, ils deviennent dingues, ils crachent et se cachent, ils grognent sous le lit pendant une heure ou plus…

Deux heures plus tard, Luna était roulée en boule près de moi, mais Simba était toujour sous le lit. Je me souviens de la première fois où Simba a été confronté à des feux d’artifice – il est resté caché sous le lit pendant deux jours. Alors maintenant, quand je sais qu’il va y avoir des feux d’artifice, je reste dans une pièce avec eux et je leur parle et leur chante des chansons… Mais ce soir, je n’ai pas pu m’assurer qu’ils vivent ce traumatisme aussi sereinement que possible, parce que tout ça était inattendu.

Je ne me rappelle pas que les chats que j’avais avant aient eu aussi peur des feux d’artifice… mais ces deux-là, c’est une autre histoire! Et je ne regarde plus les feux d’artifice comme je le faisais avant…

Et vous?

PS: Depuis, j’ai appris qu’il s’agissait d’une fête de quartier. Je suppose qu’on aurait pû être prévénus…

© AnneT